Nationale 4 – Le choc au sommet

Avec l’accueil de ses nouvelles recrues, le Maître international Xavier Bédouin et les jeunes Thomas Chargelègue et Florian Delabbey, notre équipe de Marennes a cette saison annoncé clairement son ambition, la (re)montée en Nationale 3.
Et depuis le début du championnat les victoires se sont empilées avec un 7 à 1 à Saintes, puis 7 à 0 à Bordeaux Aspom, 8 à 0 face à Tresses et enfin 6 à 0 à Rochefort.
Si notre équipe pourrait apparaître comme l’ogre de sa poule, elle n’est pas la seule car jusqu’à dimanche, Angoulême avait fait un parcours similaire.

Ce club de Charente a recruté cette saison le Grand Maître International bulgare Petkov et deux Maîtres internationaux, le bulgare Velislav Kukov et le serbe Mladen Milenkovic, ce qui leur a permis de renforcer une équipe qui était déjà dotée de quelques joueurs expérimentés.

Ce dimanche se jouait donc le choc de la poule avec ce match d’Angoulême à Marennes. Le contexte était clair, notre avance au « goal-average » était suffisamment nette pour que nous nous satisfissions* d’un match nul.

DSC_0410.aJPG

La première surprise du jour a jailli de la feuille de match. Le Grand Maître International bulgare d’Angoulême était absent. Ils restaient bien sûr solides, mais moins.

Dans ce championnat la cadence d’une partie est de 1h30 + 30 secondes/coup pour les 40 premiers coups puis enfin de 30 minutes plus 30 secondes par coup pour la terminer. Généralement ces rencontres par équipes qui démarrent à 14h15 se terminent souvent aux alentours de 18h30-19h.
Preuve que tous les joueurs se sont dimanche employés sérieusement, ils ont utilisé le maximum du temps qui leur était imparti si bien qu’à 18h30 seules 3 parties étaient terminées. Sur la feuille de match le résultat porté était alors d’un partout (une nulle, une victoire et une défaite pour chaque équipe).
Cinq parties étaient donc toujours en cours, avec un petit avantage positionnel pour Marennes sur 3 ou 4 des échiquiers. Une victoire ou en tout cas le match nul paraissait à ce moment là à portée de main. Tous les joueurs se battaient bec et ongles ne voulant rien lâcher à leur adversaire.
Dans cet esprit au 4ième échiquier notre jeune Thomas Chargelègue réussit d’un coup de bec tactique à arracher d’une position qui semblait nulle, un joli gain qui rapportait le point. Le score passait en notre faveur à 2 à 1.

Sur les 4 échiquiers qui luttaient encore, trois positions paraissaient bien avantageuses. C’est à ce moment là que des mains marennaises se sont mises à trembler : au dernier échiquier notre Guinguin passait à côté du mat et devait accepter la nulle par répétition. Toujours 2 à 1 en notre avantage.
Puis la défaite était signée par notre 2ième échiquier, deux partout.

Restaient alors deux échiquiers pour ne pas perdre. Laurent qui après avoir longtemps été gagnant, parvenait à décrocher la nulle après que son adversaire ait raté le mat. La feuille de match était toujours scotchée à 2 à 2.

Pour maintenir les chances de monter, notre dernier joueur en lisse, Olivier, ne devait donc pas perdre.
Avec un avantage positionnel mais aussi matériel de 2 pions, même avec une bourde toujours possible après tout ce temps de jeu, la nulle semblait au mieux assurée.
Mais son adversaire se mit à ouvrir une brèche au centre de l’échiquier dans laquelle il commençait à engouffrer ses pièces lourdes. Elles s’approchaient tout près du Roi marennais posté en d6, jusque là à l’abri derrière une chaîne de pion qui venait soudainement de se volatiliser. Ce Roi qui semblait alors bien esseulé en plein centre l’échiquier s’est mis à chercher un refuge improbable dans une région désertée par ses pions. Tous les autres joueurs désormais spectateurs trop passifs, cherchaient en silence, pour qui la bonne défense ou la bonne attaque. La température commençait à monter dans la salle.
Alors que sur un coup son adversaire laissait souffler le roi d’Olivier, ce dernier saisit son Cavalier, le faisant planer au-dessus de l’échiquier en vol géostationnaire, puis le claquait sur la case e4, plaçant là en fourchette une Tour et la Dame, et coupant surtout l’accès aux dernières cases d’attaque vers son Roi. Quelques coups plus tard Olivier prenait les dernières pièces de son adversaire qui abandonnait.

Victoire 3 à 2 pour Marennes !
On peut attribuer une mention spéciale à nos trois jeunes du club qui rapportent les 3 points, Thomas, Florian et Olivier.

Nous sommes donc en tête de notre championnat, « Cocorico !» comme disent les huîtres de Marennes-Oléron.
Mais ce n’est pas fini, pour décrocher la montée il faudra rester vigilant lors des 2 dernières rencontres face à Cognac, puis Poitiers-Migné, même si une défaite nous est désormais permise, tant l’avantage au goal-average sur Angoulême est net, à + 11.
C’est l’occasion de rappeler à l’équipe qu’il ne faut pas savourer une huître de Marennes-Oléron avant de l’avoir ouverte.

Bravo à tous les joueurs de Marennes et aux joueurs d’Angoulême, très fair-play comme à leur habitude.

Le classement : http://www.echecs.asso.fr/Equipes.aspx?Groupe=129

*(L’imparfait du subjonctif c’est pour la part de gâteau supplémentaire promise ce vendredi).

S. Giraud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <span style="">

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud